PDF

Déplacement de l'A9

L’A9 à Montpellier, c’est une longue histoire. Depuis les années 80, l’État étudie les façons de séparer deux flux - trafic local et de transit - qui cohabitent difficilement.

Une déclaration d’utilité publique, publiée en mai 2007, autorise le dédoublement de l’A9 sur 25 km entre Saint-Geniès-des-Mourgues et Fabrègues. Le projet est relancé en 2011. Après une concertation publique, le ministre des Transports annonce le déplacement de l’A9, fondé sur la Déclaration d'Utilité Publique - DUP.carte déplacement A9

Dès octobre 2011, sur mandat de l’État, la direction d’opérations d’ASF à Montpellier reprend le dossier : conception, acquisitions foncières, procédures administratives et diagnostics archéologiques. Le chantier démarrera démarre pour une mise en service prévue en 2017. Il représente un investissement de 780 M€ HT financé intégralement par ASF.

Ce projet majeur concerne l’un des axes autoroutiers les plus importants de France, avec plus de 100 000 véhicules/jour en moyenne. Il accueille un trafic de fret de grande ampleur ainsi que des flux touristiques nord-sud intenses, qui font monter le trafic quotidien à 170 000 véhicules/jour lors des grands départs. Par son échelle et par l’impact qu’il aura sur les déplacements à l’échelle française et européenne, c’est un projet d’envergure nationale, l’un des plus importants actuellement en cours sur le réseau autoroutier.

Le déplacement de l’A9 est donc porteur d’une ambition forte au service des automobilistes, des transporteurs et de tous les utilisateurs de l’A9. Cet investissement exceptionnel sera générateur de richesses pour le territoire de l’agglomération montpelliéraine.

Voir la carte du projet de déplacement de l'A9

Téléchargez le schéma du tracé (.pdf - 314.73 Ko)

Séparer les flux pour sécuriser et fluidifier tous les déplacementscoupe déplacement A9

Pour répondre aux problématiques dues à la saturation de l’A9, les différents trafics seront séparés physiquement. La nouvelle autoroute sera dédiée au trafic de transit alors que l’A9 actuelle accueillera les flux de la circulation locale.

Ce projet, d’intérêt général, servira également le développement du territoire puisqu’il permettra aux trois grandes liaisons-clés (DEM, COM, LIEN) de se raccorder à l’autoroute actuelle et d’offrir à la capitale régionale son contournement urbain, dans le cadre du plan de déplacements urbains de l’agglomération de Montpellier.

Le tracé retenu : un choix efficace pour tous les usagers et pour l'agglomération de Montpellier

Le tracé mis en oeuvre a été étudié et retenu par l’État. Aux extrémités du projet (9 km à l’est, 4 km à l’ouest), la chaussée existante sera élargie et passera de 2X3 voies à 4X3 voies. Sur la partie centrale, une nouvelle autoroute (12 km), distincte de l’existante, sera construite. Les six voies centrales seront affectées au trafic de transit (dans les deux sens), les six voies latérales aux déplacements locaux (dans les deux sens).

Le trafic de transit ne s’arrêtera plus aux barrières de péage de Gallargues, bénéficiant ainsi d’une totale fluidité. Les usagers locaux sortiront au péage de Baillargues. Les barrières de péage de Saint-Jean-de-Védas seront configurées pour améliorer leur e fficacité.

 

Partagez cet article :