PDF
La RSE comme levier de performance, la preuve à Montpellier Business School

La RSE comme levier de performance, la preuve à Montpellier Business School

8éme édition de la Semaine de la Responsabilité Globale : l’occasion de réunir entreprises et grands partenaires de Montpellier Business School autour du thème de la "RSE comme levier de performance". Un échange constructif en présence des dernières années Masters grande école sur les effets de l’application d’actions sur toutes les parties prenantes: clients, fournisseurs ou communauté. 

C’est à la demande de Madame Sophie Gosselin, chargée de mission santé, handicap et développement durable de la Direction des ressources humaines et de la RSE que se sont réunis Messieurs Bruce ROCH (ADECCO groupe France et Président de l’AFMD), Sylvain PORTAL (AFNOR), Jean-Marie GARABEDIAN (CAISSE D’EPARGNE LR), Bruno COMYN (VOLKSWAGEN GROUP) et Mesdames Julie BASTARD (SNCF LR), Laure LAGUIR (DOCAPOST) et Anne-Emmanuelle ROUSSEAU (BRL) pour échanger très concrètement sur leur définition de la RSE, leurs déclinaisons en actions sociétales ainsi que sur les résultats obtenus.

Pour Sylvain Portal, Délégué régional LR, Responsable audit QSE et évaluateur RSE pour l’AFNOR

"La RSE, c’est une prise de conscience de l’humanité et des organisations de la nécessité de contribuer et de participer au développement durable".

Sa déclinaison en actions repose sur un principe volontariste et un cadre légal. Bruce Roch, Directeur RSE et Solidarité chez ADECCO, mais également Président de l’Association Française des Managers de la Diversité (AFMD), illustre l’implémentation de la politique RSE du groupe ADECCO France au travers de l’expérience "terrain" et de la mise en place d’une stratégie de "bottom up" :

"Par un audit, nous avons fait ressortir trois points d’attention particulière en termes de RSE : notamment la lutte contre toutes formes de discriminations; la santé et la sécurité de nos salariés et l’assurance que ces derniers vivent une bonne expérience avec notre entreprise, quelle que soit la durée de leurs contrats".

Les actions RSE sont quantifiables sur la base d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs.  Ainsi, pour valoriser ces actions, il peut être utile de mettre en place un système d’évaluation extra-financière comme le démontre Julie  Bastard, étudiante en alternance à la SNCF, au travers de l’implémentation d’un système de coûts évités.

"Nous faisons intervenir des médiateurs sur les lignes représentant des risques. Ils remplissent un cahier de route avec tous les évènements qu’ils évitent, graffitis, casse etc. et la régularité à laquelle ils interviennent. Une fois les carnets de bords récoltés, nous déterminons le coût de chacun de ces incidents si les médiateurs n’étaient pas intervenus. Ce système nous permet de savoir si le dispositif est véritablement rentable, de prévoir la performance de nos actions et de les valoriser. Cette année, nous avons ainsi économisé 247.000 euros au niveau de la collectivité et près de 11 millions au niveau national".

Les exemples s’enchainent prouvant à toutes et à tous, s’il en était besoin, que la RSE est aussi un outil au service de la performance

"Il n’y a pas de grande difficulté de faire de la RSE quand elle est ancrée au plus haut de la politique stratégique de l’entreprise".

Et c’est aussi le positionnement de Montpellier Business School et de la direction des ressources humaine de la diversité et de la RSE et de toutes ses parties prenantes, qui s’engagent dans des actions de RSE.

Retour aux actualités