PDF
Bien vieillir à domicile : un nouveau marché porteur

Le bien-vieillir, enjeu sociétal et économique

Publiée le vendredi 19 Juin 2015 - Innovation

Face au vieillissement de la population, la prévention et la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées sont un enjeu sociétal et économique majeur pour nos territoires du sud. Focus sur l'un des six domaines d’activité cible identifiés dans l'étude sur l’émergence d’une nouvelle économie productive.
 

Souhaitée par le Président André Deljarry et pilotée par le Vice-Président Patrick Ceccotti, l’analyse fine des politiques publiques et des dynamiques entrepreneuriales permet d’envisager l’émergence d’une nouvelle économie productive. Pour notre territoire, ce serait des milliers d’emplois supplémentaires.

Les six domaines d’activité cible identifiés par la CCI de Montpellier : numérique, design, bâtiment du futur, bien-vieillir à domicile, nautisme, viti-vinicole/oenotourisme.

Le bien-vieillir, enjeu sociétal et économique

Une des pistes pour y arriver est de travailler et de développer une approche du vieillissement en « prévention et anticipation ». Plusieurs marchés ou segments de marchés sont positionnés sur ce créneau : la nutrition, la santé, le thermalisme, les dispositifs médicaux, la rénovation de l’habitat, la téléassistance, les services à la personne, internet…

Ce marché est difficilement évaluable, car il s’agit d’un agrégat de nombreux marchés. La prise en compte de la cible des seniors comme clients à part entière est plutôt récente. Même si ce domaine s’appuie sur un tissu de TPE/PME innovantes trop peu structuré, notre territoire dispose d’un écosystème complet. Ecosystème à forte valeur ajoutée et positionné sur des atouts différentiant avec 3 axes forts :

  • La filière santé
  • La filière habitat
  • La filière numérique.

Le groupe de travail « primo-dépendance » a pointé la nécessité de poursuivre la structuration de ce domaine. L’objectif étant de développer des offres à forte spécialisation et à fort savoir-faire, ce qui nécessite une maîtrise des besoins des usagers, des efforts de mutualisation et la définition de bouquets de services pour gagner en visibilité et atteindre une taille critique suffisante.

La CCI préconise la création d’un lieu physique de conception, de développement, d’adaptation et d’expérimentation de produits et services sur « le bien-vieillir à domicile ». Un lieu à l’attention des entreprises et en lien direct avec les usagers, pour mesurer et évaluer la valeur ajoutée des produits et services (usage, bien être, retard de la perte d’autonomie) et les améliorer si nécessaire.

Bien vieillir à domicile

Samuel Hervé – Dirigeant de la société AKTE Services à Montpellier, Membre Elu au Bureau de la CCI de MontpellierSamuel Hervé
Société spécialisée dans la restauration collective d’établissements sanitaires et médico-sociaux.

Quelle est la vision qui sous-tend l’engagement des acteurs économiques sur la question du bien-vieillir ?

Le bien-vieillir à domicile couvre la période entre le moment où les personnes sont valides et celui où elles sont en perte complète d’autonomie. La prise en charge en EHPAD représente alors un coût élevé pour les individus et la collectivité.

Nous souhaitons mobiliser tous nos savoir-faire et expertises pour limiter les répercussions négatives comme l’invalidité psychologique, sociale ou physique. Il existe un réel besoin des usagers et un réel savoir-faire de certaines entreprises locales. Cela recouvre un champ d’activités très large et assez peu lisible à ce jour. Notre idée est de faire se rencontrer l’offre et la demande en incitant les entreprises à se lancer dans une véritable démarche marketing.

Comment envisagez-vous votre action ?

La première étape sera de démontrer que nous pouvons, grâce à une mise en place de dispositifs d’accompagnement au bien-vieillir, reculer le temps de la perte d’autonomie et de la prise en charge par des établissements spécialisés. Nous souhaitons pour cela mettre en place un vrai lieu d’expérimentation regroupant des équipes médicales expertes (menées par le Professeur JEANDEL), un ensemble de professionnels, de collectivités et d’usagers. Nous devons innover pour trouver un équilibre entre le temps long de l’accompagnement du bien-vieillir et la création de valeur économique qui assure la solvabilité et la pérennité du système.

Les enjeux

- Développer une culture du marketing de l’offre (segmentation client, connaissance du besoin…)
- Intégrer la dimension usage dans le développement de nouveaux produits et services
- Structurer l’écosystème régional du bien-vieillir à domicile (visibilité des offres, structuration de l’écosystème, lisibilité des offres…)
- Définir de nouveaux modèles économiques des marchés du bien-vieillir à domicile (solvabilité de la demande, marché public/privé, rôle des acteurs du financement…)

Parmi les retraités, 40% sont fragiles et 10% sont dépendants.

L’Hérault est le 2e département français qui attire le plus de retraités.
Retour aux actualités